Bofflens

Commune de Bofflens

  • banner-1
  • bofflens1
  • bofflens10
  • bofflens2
  • bofflens3
  • bofflens4
  • bofflens5
  • bofflens9

Billet du syndic

Discours du 1er août 2013

Chères habitantes, chers habitants de Bofflens, chers toutes et tous qui venez d’ailleurs et êtes nos invités ce soir,

Nous voilà réunis une nouvelle fois pour célébrer cette 722e Fête nationale, ou disons cette 210e fête, si l'on tient compte de l'adhésion plus tardive du Canton de Vaud à la Confédération helvétique.

Un sacré bail tout de même que ces 722 ans d'existence commune. Je crois qu'il n'y a pas beaucoup d'Etats dans le monde qui peuvent se targuer d'une telle longévité.

Cette incroyable durée ne s'explique que par l'idée géniale de la création de cet Etat. Comment en effet faire cohabiter des paysans de montagne obwaldiens avec des banquiers zurichois, des vignerons de Lavaux ou autrefois de pauvres ramasseurs de châtaignes au Tessin, si ce n'est en acceptant dès le départ que tous ces peuples différents garderaient leur identité et leur autonomie et ne partageraient que les tâches qui nécessitent une vision plus large.

Cette idée d'Etat, beaucoup de nations nous l'envient. Elle est peut-être moins flamboyante que l'idée de grande Nation. Mais elle est plus pragmatique et bien plus respectueuse des minorités. Et la preuve que ça marche, c'est que la Suisse existe toujours et que ses habitants s'y sentent bien, ensemble, malgré toutes leurs différences.

Ce modèle d'Etat, nous l'appliquons aussi au niveau régional et communal. En tant que Commune, nous nous occupons des affaires qui nous concernent directement : domaine communal, bâtiments, réseaux locaux d'eau et d'épuration, etc. Et nous concluons des accords avec d'autres communes voisines pour les questions dépassant le territoire communal : écoles, réseaux d'entraide, défense incendie, station d'épuration, pour ne citer que quelques exemples. Enfin, nous collaborons avec le Canton pour les autres tâches excédant nos capacités locales : police, domaine agricole, protection de l'environnement, etc.

Nous restons ainsi maîtres de notre destin, et de notre territoire, en bonne intelligence et collaboration avec nos voisins. C'est une chance, mais cela nécessite que des habitants s'engagent et donnent de leur temps et de leurs compétences pour que cette Commune marche et que ses habitants aient plaisir à y vivre. Ce n'est qu'en comprenant cela que nous éviterons de devenir une cité-dortoir, où les habitants ne font plus rien ensemble et ne connaissent même plus leurs voisins.

Cette vie locale est heureusement sacrément riche à Bofflens et beaucoup d'habitants s'investissent pour faire vivre la Commune et ses sociétés locales, ou en solidarité avec les plus fragiles d'entre nous.

Je ne peux donc pas terminer ce discours sans adresser mes remerciements pour tous ces « actifs » de la Commune, et en particulier les membres des deux sociétés qui organisent chaque année fidèlement ce 1er août, la Jeunesse et les Paysannes vaudoises.

Un grand merci aussi à tous ceux qui s'engagent au niveau du Conseil général et de ses commissions. Un grand merci enfin à mes collègues de la Municipalité, et en particulier à Eric Morier, qui nous quitte prématurément, à son et notre grand regret. C'est grâce à vous tous que cette Commune peut rester maître de son destin.

Il y a une règle à laquelle on ne déroge pas dans un discours vaudois, c'est le mot de fin. Le voici donc : à vous tous, je souhaite une très belle fête nationale et je vous dit : santé !

Christophe Le Nédic, Syndic