Bofflens

Commune de Bofflens

  • banner-1
  • bofflens1
  • bofflens10
  • bofflens2
  • bofflens3
  • bofflens4
  • bofflens5
  • bofflens9

Billet du syndic

Discours du 1er août 2012

Chères habitantes, chers habitants de Bofflens, chers toutes et tous qui venez d’ailleurs et êtes nos invités ce soir,

Exercice redoutable pour un tout frais Syndic de 3 mois d’âge que ce premier discours du 1er août !

Que dire, quels thèmes aborder, quelle bonne hauteur de vue adopter ?

Il y a bien sûr la tentation du discours bref, voire très bref. Là, vous m’excuserez cette imitation, mais l’accent vaudois est obligatoire : « Je n’aurai qu’un seul mot : santé ! ».

On peut aussi se lancer dans un discours ambitieux, passant en revue la politique internationale, empruntant des « yes we can » à un Président américain ou des « je vous ai compris » à un non moins célèbre Président français. C’est bien sûr tentant d’appeler à la paix et à l’harmonie dans le monde, mais quelque chose me dit que Bachar Al Assad sera probablement peu réceptif à l’appel du Syndic d’une petite commune vaudoise de 180 habitants.

Redescendre au niveau national alors ? Bon, nous avons certes peu de solutions concrètes à proposer dans l’affaire du deuxième tube du Gotthard. D’ailleurs, je l’affirme ici haut et fort, le sous-sol de Bofflens est très rocheux et il est exclu que notre commune accueille ce deuxième tube !

A ce niveau national, nous commençons quand même à exister, comme les 2484 autres communes du territoire helvétique. Nous sommes l’échelon de base de ce formidable modèle de démocratie directe qu’est la Suisse. Nous avons certes beaucoup de lois et de règles, décidées plus haut, et que nous ne pouvons qu’appliquer sans avoir grand chose à dire. Mais notre poids compte, au niveau cantonal, et via le canton, au niveau suisse.

Il y a, c’est à relever, une remarquable collaboration entre le Canton de Vaud et ses 326 communes actuelles (j’ouvre une parenthèse : 15 % de communes en moins en une année du fait des fusions, tout de même, c’est impressionnant ! Fin de la parenthèse).

Les Communes, donc,  sont régulièrement consultées sur des projets de loi, et des organes comme l’UCV (Union des communes vaudoises), dont Bofflens fait partie, nous représentent très activement auprès du canton.

Comme dans toute union, il y a certes quelques tensions sur la répartition des tâches, l’entretien des routes cantonales dans les localités en est un exemple. Mais le canton n’est pas notre ennemi, au contraire, et je mesure avec ma toute fraiche expérience de Syndic, l’importance qui est laissée aux communes. Nous sommes des partenaires, importants je vous l’assure, avec des tâches différentes, d’autres points de vue parfois. Mais nous travaillons tous dans un but commun, celui du service au citoyen et de la préservation du bien commun.

En tant que citoyennes et citoyens de Bofflens, vous avez vous aussi un rôle essentiel, car notre Commune est encore autonome et peut développer ses propres projets.

Participez ! Le Conseil général vous accueille volontiers, vous et vos idées pour rendre ce village plus beau encore et pour y vivre ensemble en harmonie.

Ouf, me voilà donné enfin l’occasion de remercier tous ceux qui s’engagent quasi-bénévolement pour le village, que ce soit au niveau du Conseil et des commissions du Conseil, des pompiers, des sociétés locales. Tous ceux-ci aussi qui entretiennent les espaces publics. Et bien sûr, mes collègues de la Municipalité, qui font un travail remarquable, avec des moyens bien modestes si on compare leurs conditions avec celles de Municipaux de communes plus grandes.

Enfin, j’aimerais remercier ce soir les deux sociétés qui font toujours un travail extraordinaire pour la vie du village : la Jeunesse, qui, depuis quelques années, en a retrouvé une nouvelle (de jeunesse). C’est génial de voir des jeunes gens s’investir, développer des projets et faire vivre leur village. Vous mesurez la chance qu’on a, par rapport aux jeunes vandales alcoolisés des grandes villes ?

Merci aussi aux Paysannes vaudoises qui permettent aux traditions de perdurer et qui font le lien entre les générations. Merci à elles en particulier pour la toujours succulente soupe aux pois et le jambon du 1er août.

Bon, peut-être un peu long mon discours.

Allez je reviens à ma première idée : «  donc je n’aurai qu’un seul mot, santé ! »

Christophe Le Nédic, Syndic